Archives de catégorie : Publications

Itinéraires et étapes en Amérique latine

2015 Histoire des itinéraires et des étapes en Amérique latine XVIe-XXe siècle, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 251 pages.

Sommaire et bon de commande

Du relais de poste à l’hôtel, la topographie des haltes et des étapes a évolué au cours des siècles, avec la modernisation des moyens de transport, l’arrivée du chemin de fer et les progrès de la navigation. Est-il possible de construire l’histoire de ces territoires du quotidien, ces non-lieux à l’opposé de l’apparat du pouvoir politique?

Proposer une géohistoire des havres précaires où le voyageur s’arrêtait quelques heures avant de reprendre son chemin, intéressé par son but et ignorant les noms des villes-étapes, tel est l’objet du présent ouvrage organisé en suivant la chronologie du XVIe au XXe siècle et par aire géographique, de Cuba au Chili, sans oublier le Mexique, le Pérou et l’Argentine.  Sur les traces des premiers colons, des explorateurs naturalistes et des touristes amateurs de trekking, le lecteur découvrira une histoire inattendue de l’aménagement des territoires latino-américains et de la sociabilité avant l’avènement des échanges virtuels.

 

Les générations dans le monde latino-américain

Les générations dans le monde latino-américain, Pessac, MSHA, 2017, 266 p.  Direction d’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos

ISBN : 9782858924660

Les hispanistes associent traditionnellement le concept de génération à l’année 1898, marquée par l’indépendance de Cuba au terme de décennies de conflit. L’année 1927 s’impose aussi du fait de l’émergence d’une avant-garde revendiquant la libération de l’art. Le succès du concept de génération s’explique tout au long du xxe  siècle par sa fonction méthodologique. C’est un outil qui facilite la description et la compréhension de la réalité en favorisant les approches chronologiques. Appliqué à de multiples groupes sociaux ou culturels, il permet de rassembler les individualités autour de passions et de préoccupations communes, et contribue à l’explication a posteriori de situations complexes.

  Los hispanistas suelen relacionar el concepto de generación con el año 1898, cuando Cuba consiguió ser independiente después de años  de guerra. Luego, el año 1927 se impuso por la celebración del cuarto centenario de la muerte de Góngora reivindicado por la vanguardia que pretendía liberar el arte de la realidad. El éxito del concepto de generación se explica a lo largo del siglo XX por el papel metodológico que se le ha atribuido. Es una herramienta que facilita la descripción e inclusión del contexto apoyándose en la cronología. También se aplica a los grupos sociales y culturales para reunir a aquellos que comparten aficiones o inquietudes en un momento crítico, lo cual ha de permitir explicar situaciones complejas de forma predictiva.