Archives de catégorie : XIXe siècle

Eugène Courret : de l’émigration au retour

Le voyage au Pérou n’a pas été un aller simple, mais bien au contraire, les allers-retours entre les deux continents font partie de l’existence de la famille Courret, comme d’autres familles qui forment la colonie française du Pérou, les Dubreuil, les Allier, les Garreaud, familles parisiennes et  familles du sud-ouest de la France dont les liens sont intéressants à reconstituer dans le cadre du projet EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

Autoportrait présumé, circa 1860

Etat de la recherche sur les Courret par Isabelle Tauzin-Castellanos Présentation en ligne du  11 janvier 2018 –  Colloque L’émigration : une histoire de famille, Université de Nanterre – Colegio  de España.

Plus de 50.000 clichés des studios Courret sont conservés à la Bibliothèque Nationale du Pérou, catalogués  et accessibles .

Flora Tristan: Necesidad de acoger a las extranjeras (1835)

En revenant du Pérou, découragée de ne pas avoir récupéré l’héritage de son père Mariano Tristan, Flora Tristan s’empressa d’écrire un essai peu connu Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, essai réédité en français en 1988 consacré au sort des femmes obligées de voyager dans un monde nullement accueillant pour elles. Le bref article en espagnol publié en novembre 2017 dans Espinela, Revista de la Maetría en Literatura Hispanoamerican de la PUCP est destiné à faire connaître en Amérique latine  et au Pérou le premier opuscule de combat de la féministe qui mourut en novembre 1844 à Bordeaux épuisée par le tour de France auprès des travailleurs qu’elle avait entrepris pour agir en faveur du mutualisme, thème qu’elle défend déjà en 1835 dans Nécessité de faire un un bon accueil aux femmes étrangères.

Communication présentée à la  Feria International del Libro de Lima le 2 août 2015.

 

El primer texto que publicó Flora Tristán nunca ha sido traducido al castellano. Se trata de un ensayo en francés titulado “Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères” (“Necesidad de acoger bien a las mujeres extranjeras”). Lo editó en París en 1835, después de regresar del Perú y dos años antes de Las peregrinaciones de una paria. Desde entonces sólo hubo otra edición en 1988 por Denys Cuche en francés[1] , con un estudio previo que contextualizó el ensayo de manera científica y no novelesca, a diferencia de las ficciones francesas y peruanas sobre la feminista franco-peruana[2].

Nacida en 1803, huérfana de padre a los cuatro años, Flora Tristán se casó aún adolescente. Huyendo de la violencia de su esposo, para sobrevivir, entró al servicio de unas señoras inglesas a las que acompañó por el continente europeo y el Reino Unido. La larga experiencia migrante en Europa y América fue la base autobiográfica a partir de la cual escribió el ensayo que consta de unas veinticinco páginas. Aquí me limitaré a sintetizar “Necesidad de acoger a las extranjeras”, simplificando el título que presenta una doble dificultad a la hora de ser traducido. Incluye una tautología (“faire un bon accueil” / “acoger bien”) y a la vez una anfibología pues el francés “étrangère”  se traduce de dos maneras  en castellano con la diferencia entre “forastera” y “extranjera”. Tristán remite tanto a las forasteras como a las  extranjeras como veremos más adelante.  Un epígrafe (“Ayudaos unos a otros”) antecede a la composición literaria. Flora Tristán plantea que se está viviendo en una “sociedad nueva” en la que hace falta “asociarse  […] aliviar a  las masas que sufren y languidecen incapaces de erguirse” (Tristán, 1988: 55).

Contrasta la fama de elegancia y afabilidad de París con la realidad vivida en el momento de llegar a la urbe, y empieza evocando la experiencia propia. Recuerda los días de viaje desde la frontera hasta la capital francesa, la falta de cortesía, la mala educación de los lugareños al apear de la diligencia; rememora las segundas intenciones tanto más difíciles de sortear que una llega agotada después de viajar  meses de meses. Al cansancio físico se agrega el mareo por “el griterío de los cocheros, los muchachos que pelean por llevar las maletas, los mozos de fonda que quieren llevar [a la pasajera] a la fuerza” (Tristán, 1988: 58). Por fin,  exclama mimetizando el desamparo de aquel momento: “¡Dios mío! ¡Qué va a ser de mí! Yo sola, tan sola en esta  gran ciudad en la que soy una forastera!”(ibid.).

Continuer la lecture de Flora Tristan: Necesidad de acoger a las extranjeras (1835)

Mauricio Rugendas : conférence d’Efrén Ortiz à l’Université Bordeaux Montaigne

Conférencier invité

mercredi 15 novembre, 15h à 17h à la MSHA  

M. le Professeur Efrén ORTIZ :  Présentation du  peintre voyageur allemand Maurice Rugendas, grâce auquel une image des paysages de maints pays d’Amérique latine (Mexique, Brésil, Pérou, Chili, Argentine, Colombie…) est conservée après son passage marqué par le romantisme du début du XIXe siècle.

Efrén Ortiz est l’auteur d’un ouvrage sur Rugendas paru à Bogota et de nombreux autres titres publiés au Mexique. Il enseigne la littérature et la langue à l’université Veracruzana (Mexique). Une deuxième conférence est prévue sur l’oeuvre littéraitre d’Elena Poniatowska.

Contact : Isabelle Tauzin – Université Bordeaux Montaigne

 

 

Cartes et concepts : à propos de l’Orient péruvien

« Entre construction régionale, intégration nationale et marché international »  :  quels sont les sous-entendus de la formulation sur l’histoire de l’Amazonie ?

Concepts et cartes

Quelles sont les thématiques omises de l’agrégation externe par rapport à l’interne? Réactivation du mythe de l’Eldorado  – Perceptions et représentations des indigènes de la Selva. Les thématiques préférées  orientent en direction  de l’histoire économique des groupes dominants.

L’histoire politique des jeunes républiques prévaut (Bolivie, Pérou) sur la géographie physique et humaine de l’Amazonie, des peuples sans frontières.

On essaiera de passer par trois étapes : une histoire focalisée sur le réseau fluvial comme moyens de communication/marchandisation; de l’ouest vers l’est, l’apparition/disparition de villes ; l’omission et invisibilité de l’Histoire des communautés natives.

« Los verdaderos salvajes »: un article de Manuel Gonzalez Prada paru en 1905 dans Los Parias  et qui s’interroge sur qui sont les vrais sauvages.

En français : « Selon que vous serez puissant ou misérable/ Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ». (La Fontaine)

En espagnol : « La ley se acata pero no se cumple » .

 

Péruviens et Français entre la Rebellion de Tacna et la Grande Guerre : qu’apportent les témoignages bilatéraux ?

Independencia del Peru y Francia
Colloque Independance du Pérou et diplomatie française

Colloque international  accueillie par la Bibliothèque Nationale du Pérou  –  Jeudi 9 novembre à partir de 9h.

Actualidad del evento  en el sitio web de la Biblioteca Nacional

Programme – Programa

Le mouvement de récupération de l’histoire des luttes d’indépendance du Pérou a permis d’analyser récemment l’importance d’ événements définis comme des révoltes et des conspirations. C’est dans cette démarche interprétative que se situe le colloque international organisé dans le cadre du projet IUF « Ecritures migrantes et représentations réciproques France/Amérique latine » porté par Isabelle Tauzin-Castellanos, afin de proposer une mise  en perspective de l’histoire du Pérou et de  l’histoire européenne,  en revenant sur le rôle des héros de l’Indépendance et sur l’invisibilité de nombreux patriotes issus du peuple. La présence de la France dans le Pacifique Sud au XVIIIe siècle et la participation des émissaires napoléoniens seront les premières thématiques développées au cours de la rencontre scientifique.

Devenus commerçants, agriculteurs ou propriétaires de mines, les émigrés français ont soutenu la Confédération Péruano-bolivienne. La défaite du président Santa Cruz a entraîné le retour en France du plus grand nombre. Peu après, les propriétés fertilisantes du guano ayant été attestées par des chimistes anglais, ce fut la naissance d’une activité économique lucrative pour les migrants qui étaient restés. Le Pérou présidée par le général Ramón Castilla redevenait le mythique Eldorado. C’est dans ce contexte qu’Auguste Dreyfus, recruté comme modeste employé, connut une ascension fulgurante grâce au monopole sur les nitrates accordé par le ministre des Finances, Nicolas de Piérola.

Les progrès des moyens de transport parallèlement ont augmenté les déplacements entre l’Europe et l’Amérique. La colonie péruvienne en France et la colonie française au Pérou ont échangé leurs expériences de l’extranéité, en marge de la réalité vécue par l’immense majorité des deux populations, autrement dit l’exploitation indienne et la misère des paysans et mineurs français.

La guerre du Pacifique a été un cataclysme  pour le Pérou. Après 1883, la tâche laborieuse de la reconstruction a coïncidé avec la renaissance de la vie artistique. Le séjour de l’actrice Sarah Bernhardt a signifié la réinsertion  du Pérou dans les circuits internationaux de la culture.

La République Aristocratique — dénomination flatteuse qui révèle une part de subjectivité dans la construction historique — vit le renforcement de la coopération française avec l’arrivée de la Mission Clément requise pour moderniser l’armée péruvienne à l’aube du XXe siècle.

Cependant, les témoignages bilatéraux  des Français sur la société péruvienne et des Péruviens sur la société française s’avèrent des sources de recherche difficilement accessibles du fait des difficultés propres à l’exercice de la traduction dans l’autre langue, et du fait de la dissémination des documents publics ou privés. Malgré ces obstacles, le colloque international d’histoire de la guerre d’indépendance à la guerre européenne permettra de rapprocher deux approches nationales et sera une étape singulière dans la construction de l’histoire du Bicentenaire du Pérou.

Partenariats : Université Bordeaux Montaigne- Institut Universitaire de France – Délégation à la coopération régionale française  Amérique du Sud.  Ambassade de France au Pérou- 

 

 

Gonzalez Prada: entre el Club Literario y el Circulo Literario

Article d’Isabelle Tauzin consultable en ligne :   I encuentro Internacional de Peruanistas, Lima, 1996

« Me propongo aquí poner de manifiesto la complejidad del proceso de renacimiento de la vida literaria en la Lima de la inmediata posguerra: los años 1885-1888 fueron momentos de efervescencia, con una unanimidad entre las élites que fue quebrada luego por las discrepancias tanto literarias como políticas. Ateniéndome a las versiones primitivas de las conferencias  de Manuel González Prada que he podido consultar, volveré sobre el protagonismo de éste enfrentado a una nueva geografía nacional, y su radicalización conforme se empantanaba la situación política…