Coup d’état à Lima le 9 novembre 2020: le Pérou à la dérive ou sauvé du naufrage?

Coup d’état à Lima le  9 novembre 2020: le Pérou à la dérive ou sauvé du naufrage? 

À Lima, le lundi 9 novembre 2020, un coup d’État a eu lieu au Congrès. Le Président de la République, Martin Vizcarra a été démis de ses fonctions par les congressistes, et celui qui a assumé la présidence à la place du président destitué, n’est ni plus ni moins que le président de ce même parlement. Ce qui aboutit à la confusion de l’exécutif et du législatif.

Des manifestations dans tout le Pérou

Les Péruviens sont stupéfaits et commencent aussitôt à manifester dans tout le pays, de Lima au Cuzco ou à Tarapoto, dans le piémont amazonien, un mouvement de protestation pacifique dans un pays traditionnellement peu porté à des manifestations sur la voie publique.

 Positions de l’archevêque et Lima et de Mario Vargas Llosa

L’archevêque de Lima, Carlos Castillo, le soir même du lundi 9 novembre, a déclaré à la radio RPP : « Je demande que les parlementaires rectifient la décision qu’ils ont prises. Que vont-ils pouvoir faire s’ils ne peuvent même pas orienter la représentation nationale. Nous avons besoin de personnes qui aient du discernement, de la sagesse et qui voient de manière stratégique les besoins de l’ensemble du pays »  (« Llamo a que rectifiquen la medida que han tomado. Qué cosa van a poder hacer si ni siquiera pueden manejar la representación nacional. Estamos necesitados de gente que tenga cordura, sabiduría, y vea estratégicamente las necesidades del conjunto del país »)

Le Prix Nobel de Littérature, le romancier péruvien Mario Vargas Llosa s’est exprimé lui aussi sans ambiguïté dans une interview enregistrée le 13 novembre : « C’est une situation absolument lamentable de confusion et d’anarchie. L’émotion de l’opinion publique internationale en grande partie est due au caractère insolite du fait qu’un congrès tout récemment élu se soit prononcé de manière aussi absurde et très claire à l’encontre de la Constitution et de l’État de droit au Pérou. Je pense qu’il est essentiel que le calendrier soit respecté et qu’il y ait des élections à la date qui a été annoncée et je pense aussi que M. Merino –il faut le dire d’une façon catégorique- trahit les meilleures traditions du parti Action Populaire…

Que s’est-il passé ? Pourquoi tant de hâte ?

Le président de la république, Martin Vizcarra était depuis des mois sur la sellette pour une accusation de corruption remontant à son mandat de Président de  la région de Moquegua (2014).

 Les élections présidentielles étaient prévues le 11 avril 2021, une échéance très proche et qui commençait à ouvrir des perspectives. De nombreux candidats se profilaient  puisque parallèlement aux élections présidentielles, les élections parlementaires  étaient annoncées, les membres de l’assemblée législative étaient inéligibles, ayant été élus voilà moins d’un an, après la dissolution du pouvoir législatif par le président Vizcarra, et ces parlementaires s’étant engagé par ce mandat unique  à ne pas se représenter, l’objectif étant de rétablir un ordre institutionnel avant les grandes élections du Bicentenaire, car le Pérou célébrera en 2021 les 200 ans de son indépendance et des manifestations culturelles, des publications, toute  sorte d’activités sont préparées depuis dix ans, dans un esprit d’unité nationale, avec en ligne de mire le Pérou du Bicentenaire, le Président qui doit être élu en 2021 assumant le pouvoir le jour de la célébration des deux cents de vie indépendante et républicaine.

En réalité, depuis des années, la situation du Pérou est un imbroglio inextricable.

En 2016, le président Pedro Pablo Kuczcynski a été élu avec une très faible avance sur Keiko Fujimori. Kuczcynski a démissionné en 2018, menacé d’être destitué par le parlement ; c’est alors que Martin Vizcarra, son premier vice-président a assumé la présidence, conformément à la Constitution. Son action a été constamment embarrassée par le pouvoir législatif, ce qui a conduit à la fermeture du congrès puis aux élections de 2020 en pleines vacances estivales, à l’arrivée d’élus évangélistes et de représentants de neufs micro-partis avec chacun un pourcentage de 6 à 10% des voix et aucune force majoritaire.

Les prédécesseurs de Kuczcynski, Humala, Toledo, Garcia, tous les présidents élus depuis 2000 ont été condamnés pour corruption, les deux derniers ont été emprisonnés de même que la candidate à la présidence Keiko Fujimori, Alan Garcia s’est suicidé et Alejandro Toledo est sous le coup d’un mandat d’arrêt international, installé aux États-Unis ; Alberto Fujimori père et son conseiller issu des services secrets, Vladimir Montesinos, sont en prison depuis vingt-cinq ans, tout comme les leaders du Sentier Lumineux.

 

L’ Association Internationale des Péruvianistes par la voix de José Antonio Mazzotti demande des élections dans les meilleurs délais, le sociologue Francisco Durand a qualifié le régime en place depuis trois décennies de « république entreprenariale », une expression qui fait écho à la « république aristocratique » du début du XXe siècle, comme le rappelle l’historien Nicanor Dominguez Faura dans une contribution publiée le 12 novembre 2020 par Noticias Ser sous le titre : Comment sommes-nous passés de la vacance au coup d’état ?

Une enquête pour le quotidien péruvien El Comercio avait été publiée le 25 octobre indiquant que 78% des personnes interrogées étaient d’avis que le président devait exercer son mandat jusqu’à son terme et ne pas être démis suite aux témoignages des « collaborateurs efficaces » tandis que 22% seulement approuvait l’action menée par le président du parlement, Manuel Merino, élu d’ Acción Popular avec 5000 voix et devenu depuis lors président de facto du Pérou.

La corruption dévore le pouvoir politique au Pérou.

Sous le mot de corruption, il faut comprendre les scandales des grandes multinationales des travaux publics, les circuits privés du transport public, le blanchiment d’argent sale issu de l’exportation illégale des minerais, la production continue des narcotrafiquants et toutes les formes de traite humaine pour extraire les richesses du pays.

Un des négoces rentables, qui a fait scandale et a été stoppé par la Surintendance des Universités (SUNEDU), a été l’autorisation et le fonctionnement pendant des années de pseudo-universités, recevant des droits d’inscription juteux et sans qualité scientifique. Ces universités ont dû fermer et l’un des projets immédiats du pouvoir de facto est de remettre en cause l’action de la Surintendance des Universités et la réforme universitaire. Comme le rapporte le quotidien La Republica le 13 novembre, plusieurs communiqués ont été émis pour préserver l’existant depuis les deux grandes universités du pays, San Marcos et la Católica, avec une très forte mobilisation des universitaires.

Le Pérou a connu l’un des confinements les plus longs du monde. Dans les premières semaines, des centaines de milliers de provinciaux ont quitté la capitale par tous les moyens, y compris à pied, pour fuir le danger, les Vénézuéliens réfugiés ont continué leur exode. Le pays a fermé toutes ses frontières, le gouvernement a distribué des bons pour aider les secteurs les plus démunis et la pandémie a fait les pires ravages, classant le pays au second rang du pourcentage de morts par centaine de milliers d’habitants. C’est dans ce contexte dramatique que les manifestations pour demander le retour à l’ordre démocratique et la fin d’une présidence de facto n’ont cessé d’avoir lieu depuis le coup d’état du 9 novembre.

Les premières victimes mortelles ont 22 et 24 ans. Les politiques qui ont d’abord accepté intégrer le gouvernement de Manuel Merino, sont connus pour un positionnement ultra-conservateur ou mis en cause pour corruption. Un exemple est parlant: c’est un vice-amiral qui devient ministre de l’éducation, après avoir été démis d’une école de management de l’université catholique, dans laquelle les enseignants accumulaient une dette  académique  de  milliers de dollars qu’ils ne pourraient jamais rembourser.

Force est de constater que l’histoire ne cesse de se répéter et ce qu’écrivait en 1914 l’intellectuel Manuel Gonzalez Prada après le coup d’état du colonel Benavides contre le président Billinghurst résonne avec une étonnante actualité, à moins que ce ne soit la malédiction du bicentenaire comme il y eut la malédiction du centenaire, le renversement en 1919 quelques mois avant la fin du mandat de José Pardo par Augusto B. Leguia, décidé à moderniser le Pérou sous le slogan d’une «Nouvelle Patrie ».

 La mobilisation populaire modifie l’ordre inexorable des choses. Dimanche 15 novembre, Manuel Merino a renoncé au pouvoir présidentiel qu’il s’était confié!

Isabelle.Tauzin[at]u-bordeaux-montaigne.fr

Images transmises par  Rosmeliz Alva Zapata (Université Bordeaux Montaigne) – Mónica Cárdenas Moreno (Université de la Réunion)-Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne) et José Gabriel Castellanos Ruiz (Bordeaux).