Retour à la mère-patrie, représentations de l’Espagne depuis l’Amérique de langue espagnole

Séminaire de Recherches Américanistes EA3656 Ameriber

Flor de Maria Mallqui Bravo (doctorante Université Bordeaux Montaigne Pontificia Universidad Católica del Perú, enseignante de littérature de la PUCP)

Vendredi 26 février 2021 :  Retour à la mère-patrie, représentations de l’Espagne depuis l’Amérique de langue espagnole.

“Retorno a la madre patria. Representaciones de España desde Hispanoamérica” est une recherche de Flor Mallqui Bravo à partir d’auteurs latino-américains qui ont voyagé en Europe au cours du XIXe siècle. Les exemples retenus sont tirés des écrits de José María Samper, Domingo F. Sarmiento, Juan Bustamante, Juan de Arona, Ricardo Palma, Manuel Gonzalez Prada, Clorinda Matto de Turner et Rubén Darío. L’auteur le moins connu au plan international est Juan Bustamante, métis de Puno, qui connut un destin tragique à l’occasion d’un soulèvement populaire. Bustamante avait réalisé deux voyages en Europe, dont l’un au moment de la Révolution de 1848, et publié le récit de ses voyages. Sarmiento, auteur de Viajes por Europa, África y América (en plus de son Facundo. Civilización y barbarie) dès 1849, interprète la situation espagnole comme décadente.  Le Moyen-Orient est alors une destination pour les voyageurs hispano-américains, comme Pedro Paz Soldán (Juan de Arona) après Juan Bustamante qui a exploré aussi les bas-fonds parisiens, et témoigné des inégalités dans le vieux monde, en constatant que ce continent ne peut prétendre donner des leçons aux jeunes républiques.

Palma et Matto arrivent en Europe beaucoup plus tard, en 1892 et en 1908 respectivement, comme représentants du gouvernement péruvien pour l’un et du gouvernement argentin pour l’autre. Tous deux rapportent le sentiment d’une Espagne archaïque –celle-là même que décrivait Manuel Gonzalez Prada- en même temps qu’ils désacralisent Paris, tout comme Rubén Darío qui, selon les mots de Flor Mallqui Bravo, dénonce l’impérialisme culturel français, en même temps qu’il serait nécessaire de soutenir la péninsule pour inverser la situation désastreuse de la péninsule ibérique  après 1898.

Tschudi: un récit de voyage sur le Pérou de la fin des années 1830 traduit en français

Le témoignage de Johann Jacob von Tschudi est enfin accessible en français grâce à l’édition de 2020,  avec une longue présentation et traduction de l’allemand  de Marc Delpech, Il s’agit d’un récit de voyage exceptionnel  sur le Pérou.

Tschudi est né en Suisse, en 1818. Poussé par sa vocation scientifique, il embarque à vingt ans du port du Havre pour le Pérou . Le passage du Cap Horn s’éternise: vingt deux jours de tempête. Il arrive à Lima alors que la ville vient d’être prise par les soldats chiliens, en août 1838, coalisés avec les hommes du général Agustin Gamarra, contre la confédération péruviano-bolivienne mise en place par le général Santa Cruz.

Tschudi est toléré à Lima du fait de ses compétences médicales. En mars 1839, il entreprend la traversée de la cordillère des Andes  puis rejoint le versant oriental, le piémont amazonien. De retour dans la capitale du Pérou, il expédie ses collections et repart pour la Sierra et la Montaña  afin de dresser des cartes et d’écrire sur la faune, la flore et les richesses minéralogiques. De retour à Lima en 1842, après avoir été gravement malade, il arrive à Bordeaux à bord de l’Alfred, le 1er janvier 1843.

Le récit de voyage de JJ V. Tschudi paraît en allemand en 1846.  Selon Marc Delpech, en Angleterre, l’ouvrage de Tschudi est alors « considéré comme le meilleur depuis celui de Darwin ».  Tschudi collabore en outre avec Mariano Rivero au projet du volume d’Antiquités péruviennes  que le peintre Maurice Rugendas doit illustrer.

Tschudi entreprend un second voyage en Amérique du sud en 1858, il passe cette fois par la pampa argentine, franchit les Andes et arrive à Valparaiso en 1857, puis en 1858 à Lima après être monté jusqu’à La Paz.  La capitale du Pérou n’est plus la même vingt ans après son premier séjour.

Si elle s’est européanisée, les collections muséologiques réunies à partir de l’Indépendance, ont été pillées. Le voyage de retour s’achève en 1859. Deux ans plus tard, Tschudi repart pour le Brésil et obtient la signature d’un traité favorable à l’émigration européenne. Il continue d’écrire  y compris ses réflexions linguistiques sur le quechua. Il meurt en 1879, représentant des « deux grands courants intellectuels qui ont marqué le XIXe siècle européen : le rationalisme et le romantisme ».

Les « esquisses » de Tschudi, ainsi que le voyageur suisse a baptisé son témoignage, sont extrêmement précieuses. On en retiendra ici seulement un exemple parmi des dizaines de situations concrètes concernant le Pérou de ces années de « caudillismo » comme une autre version après les pérégrinations d’une paria de Flora Tristan.

Tschudi écrit : « Dans les journaux, dans les billets imprimés ou manuscrits qui étaient collés aux maisons ou lancés dans la rue, parut l’appel contre les étrangers: Les étrangers viennent dans votre pays, vous prennent votre travail, votre commerce, vos richesses et vos femmes. Ils sont les ennemis de votre liberté et veulent faire appel à Santa Cruz. Libérez votre pays de ces infâmes et refaites une nuit de la Saint-Barthélémy au Pérou ou bien des Vêpres« . ( p. 103).

Esquisses d’un voyage au Pérou (1838-1842), tome 1. La côte du Chili et du Pérou. Lima. Besançon, Lanterne Magique, 2020. ISBN: 978-2-916180-26-7

Images d’émigration : familles et photos disséminées entre l’Amérique latine et le monde. Le cas des frères Courret.

Séminaire Recherches Américanistes –  Carlos Estela-Vilela (doctorant, Université Bordeaux Montaigne, EA3656 AMERIBER) – Vendredi 12 février 2021. Images migrantes. Dynamiques d’association et représentation au-delà des photographies : le cas d’Achille et Eugène Courret au Pérou.

« Imágenes migrantes. Dinámicas de asociación y representación detrás de las fotografías de Eugène Courret ». La communication retrace la saga des Courret, une  modeste fratrie originaire des Charentes, qui part d’abord s’installer au Chili, puis vit de longues années à Lima. Les Courret prennet des clichés mémorables du Pérou, des personnages les plus importants de l’histoire du XIXe siècle (Miguel Grau), des moments clés de l’histoire comme la destruction de Chorrillos, l’occupation du pays… et a également tenté de s’installer en Océanie et rapporté des photographies exceptionnelles. On retrouve les Courret à Paris et à Nice, et aussi au Tonkin et en Tunisie. Le plus grand fond de photos est conservée à la Bibliothèque Nationale du Pérou.

Les représentations du Pérou et le bicentenaire de l’Indépendance (1821-2021)

Appel à communication  ouvert jusqu’au 15 mars 2021. PDF accessible ici.

Colloque du Bicentenaire de l’Indépendance du Pérou –  Bordeaux 2021.  Lieux: Musée d’Aquitaine et Université Bordeaux Montaigne. 12 et 13 novembre 2021.

Le Pérou est entré dans les célébrations de son bicentenaire, voici déjà une dizaine d’années, avec la formule « Rumbo al Bicentenario /En route vers le Bicentenaire ». 2021 est arrivé et rien ne se déroule comme prévu ; la plus grande incertitude règne. Après 1921, qui vit la célébration du Centenaire dans un contexte de bouleversement, l’année de la proclamation de l’indépendance est là, avec en ligne de mire la célébration traditionnellement fixée au 28 juillet comme nouvelle ère et temps d’investiture présidentielle. Au cours des années 1821-1824, la lutte pour l’indépendance s’était prolongée avec des périodes d’affrontement, de famines, des ralliements et des trahisons, jusqu’à la victoire d’Ayacucho le 9 décembre 1824 et la signature de la capitulation par les officiers de Ferdinand VII.

Le colloque organisé à Bordeaux, au Musée d’Aquitaine et à l’Université Bordeaux Montaigne, les 12 et 13 novembre, vise à explorer et faire connaître des représentations des deux siècles d’histoire politique et sociale du Pérou, l’iconographie des libertadors et des patriotes anonymes, l’histoire des premières décennies de vie indépendante, l’imaginaire péruvien du côté français, le discours dans la presse locale et nationale à l’occasion des conflits, les relations diplomatiques, les rêves d’aventure et d’émigration suscités par le Pérou à partir de l’indépendance et tout au long des XIXe et XXe siècles.

Communiquer sur des œuvres inconnues en France dans les domaines de la peinture et du cinéma représentant les trois visages du Pérou (Amazonie, Andes, Pacifique), du livre de jeunesse (Jules Verne), l’album graphique (Louise et Madeleine Truel), la bande dessinée et l’opéra (La Périchole) tissant des liens entre les cultures péruvienne et française, l’iconographie oubliée dans les archives publiques ou chez des particuliers, sur la réclame de produits d’hier ou d’aujourd’hui en relation avec le Pérou (or et argent, café et guano, caoutchouc et coca…), les multiples représentations et les transferts culturels,  les peintres péruviens formés en France (Francisco Laso, Ignacio Merino, Julia Codesido…) et les artistes français passés au Pérou au cours du XIXe siècle (Monvoisin, Gauguin), sans oublier les souvenirs rapportés en ce premier siècle d’indépendance par les voyageurs,  aquarelles,  cartes postales, cartes de visite, photographies, atlas et autres guides et céramiques … tels sont les signes dont la présentation sera  attendue à l’occasion du colloque de Bordeaux des 12 et 13 novembre 2021, pour dépasser et décrypter les clichés, dans la ville-port d’où Flora Tristan partit en 1833 pour Arequipa et Lima,  et revint épuisée par son tour de France, exhaler un dernier soupir, le 14 novembre 1844, dix ans après avoir écrit un essai intitulé Nécessité de faire bon accueil aux femmes étrangères, empreint de l’expérience d’être femme, métisse, Autre dans une Europe éloignée de l’idéal de la Révolution Française.

Les propositions de communication sont attendues jusqu’au 15 mars 2021 auprès d’Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure des universités, Université Bordeaux Montaigne – Institut Universitaire de France, Ameriber EA3656

Isabelle.tauzin[at]u-bordeaux-montaigne.fr

Les auteurs dont les propositions auront été retenues seront informés avant le 1er mai 2021.

Format des propositions:

Nom – Prénom

Institution – Adresse électronique

Titre

Résumé (5 à 10 l, incluant la présentation du corpus étudié) –  Cv bref (5-10 l.).