Histoire de l’Amazonie – Orientes diferentes – Siglos XVIII-XX

Agrégation  d’espagnol et civilisation latino-américaine contemporaine

Orientes diferentesSiglos XVIII-XX.

 Samedi 7 avril, Paris, Cité Universitaire – Colegio de España –  10:00-17:00.   (RER B- Cité Universitaire). Les approches historiques et anthropologiques  proposées seront faites à partir de documents originaux sur l’Amazonie.

10 :00 – 13 :00

Bernard Lavallé, professeur émérite Paris Sorbonne Nouvelle: L’Inca, la Croix et la Forêt: Juan Santos Atahualpa (1742-1756)

Jean-Pierre Chaumeil, anthropologue CNRS, Paris : El bosque ilustrado. L’utilisation de la photographie dans la représentation de l’Amazonie (XIX-XX)

Catherine Heymann, professeure Université Paris Nanterre:   “L’archivo historico de Bendayan” et la reprise de la série  de la Real Expedición Botánica del Nuevo Reino de Granada

14:00 – 17:00

Isabelle Tauzin, professeure Université Bordeaux Montaigne :  Antonio Raimondi et José Torres Lara : deux témoignages  directs sur l’Amazonie péruviennne (1862-1898)

Vera Alvizuri, maître de conférences Université Toulouse Jean-Jaurès :  Ressources, appropriations et résistances dans l’Orient bolivien et péruvien des indépendances aux années 30 

 Alvar De La Llosa, professeur Université de Lyon II:  Orients péruvien et bolivien : entre frontières internes et frontières internationales

Inscription en ligne – déjeuner sur place

Organisation de la journée : Isabelle Tauzin-Castellanos – Projet Institut Universitaire de France, Université Bordeaux Montaigne – UFR Langues et Civilisations – Equipe d’Accueil EA3656 Ameriber.

 

Eugène Courret : de l’émigration au retour

Le voyage au Pérou n’a pas été un aller simple, mais bien au contraire, les allers-retours entre les deux continents font partie de l’existence de la famille Courret, comme d’autres familles qui forment la colonie française du Pérou, les Dubreuil, les Allier, les Garreaud, familles parisiennes et  familles du sud-ouest de la France dont les liens sont intéressants à reconstituer dans le cadre du projet EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

Autoportrait présumé, circa 1860

Etat de la recherche sur les Courret par Isabelle Tauzin-Castellanos Présentation en ligne du  11 janvier 2018 –  Colloque L’émigration : une histoire de famille, Université de Nanterre – Colegio  de España.

Plus de 50.000 clichés des studios Courret sont conservés à la Bibliothèque Nationale du Pérou, catalogués  et accessibles .

Flora Tristan: Necesidad de acoger a las extranjeras (1835)

En revenant du Pérou, découragée de ne pas avoir récupéré l’héritage de son père Mariano Tristan, Flora Tristan s’empressa d’écrire un essai peu connu Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères, essai réédité en français en 1988 consacré au sort des femmes obligées de voyager dans un monde nullement accueillant pour elles. Le bref article en espagnol publié en novembre 2017 dans Espinela, Revista de la Maetría en Literatura Hispanoamerican de la PUCP est destiné à faire connaître en Amérique latine  et au Pérou le premier opuscule de combat de la féministe qui mourut en novembre 1844 à Bordeaux épuisée par le tour de France auprès des travailleurs qu’elle avait entrepris pour agir en faveur du mutualisme, thème qu’elle défend déjà en 1835 dans Nécessité de faire un un bon accueil aux femmes étrangères.

Communication présentée à la  Feria International del Libro de Lima le 2 août 2015.

 

El primer texto que publicó Flora Tristán nunca ha sido traducido al castellano. Se trata de un ensayo en francés titulado “Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères” (“Necesidad de acoger bien a las mujeres extranjeras”). Lo editó en París en 1835, después de regresar del Perú y dos años antes de Las peregrinaciones de una paria. Desde entonces sólo hubo otra edición en 1988 por Denys Cuche en francés[1] , con un estudio previo que contextualizó el ensayo de manera científica y no novelesca, a diferencia de las ficciones francesas y peruanas sobre la feminista franco-peruana[2].

Nacida en 1803, huérfana de padre a los cuatro años, Flora Tristán se casó aún adolescente. Huyendo de la violencia de su esposo, para sobrevivir, entró al servicio de unas señoras inglesas a las que acompañó por el continente europeo y el Reino Unido. La larga experiencia migrante en Europa y América fue la base autobiográfica a partir de la cual escribió el ensayo que consta de unas veinticinco páginas. Aquí me limitaré a sintetizar “Necesidad de acoger a las extranjeras”, simplificando el título que presenta una doble dificultad a la hora de ser traducido. Incluye una tautología (“faire un bon accueil” / “acoger bien”) y a la vez una anfibología pues el francés “étrangère”  se traduce de dos maneras  en castellano con la diferencia entre “forastera” y “extranjera”. Tristán remite tanto a las forasteras como a las  extranjeras como veremos más adelante.  Un epígrafe (“Ayudaos unos a otros”) antecede a la composición literaria. Flora Tristán plantea que se está viviendo en una “sociedad nueva” en la que hace falta “asociarse  […] aliviar a  las masas que sufren y languidecen incapaces de erguirse” (Tristán, 1988: 55).

Contrasta la fama de elegancia y afabilidad de París con la realidad vivida en el momento de llegar a la urbe, y empieza evocando la experiencia propia. Recuerda los días de viaje desde la frontera hasta la capital francesa, la falta de cortesía, la mala educación de los lugareños al apear de la diligencia; rememora las segundas intenciones tanto más difíciles de sortear que una llega agotada después de viajar  meses de meses. Al cansancio físico se agrega el mareo por “el griterío de los cocheros, los muchachos que pelean por llevar las maletas, los mozos de fonda que quieren llevar [a la pasajera] a la fuerza” (Tristán, 1988: 58). Por fin,  exclama mimetizando el desamparo de aquel momento: “¡Dios mío! ¡Qué va a ser de mí! Yo sola, tan sola en esta  gran ciudad en la que soy una forastera!”(ibid.).

Continuer la lecture de Flora Tristan: Necesidad de acoger a las extranjeras (1835)

Mexique/ Pérou – Des migrations et des carnets de voyage: conférences en ligne

Jeudi 12 octobre, 14h – 17h, amphi Cirot, Université Bordeaux Montaigne: jour  de l’Hispanité  et  de  la Diversité Culturelle

L’objectif est de présenter au cours des 3 heures  prévues pour la Fête de la Science 3 contenus différents en sciences humaines et sociales.

histoire de l’émigration vers le Mexique: conférence de Javier Pérez Siller en ligne

histoire des peuples indigènes: conférence d’Isabelle Tauzin  en ligne

le medium artistique et pédagogique du carnet de voyage: conférence de Pascale Argod en ligne

Il s’agit de provoquer des recherches sur les représentations réciproques, le quotidien des émigrants dans leur périple en Amérique latine , le quotidien des populations autochtones depuis la première décolonisation (indépendances latino-américaines).

Mauricio Rugendas : conférence d’Efrén Ortiz à l’Université Bordeaux Montaigne

Conférencier invité

mercredi 15 novembre, 15h à 17h à la MSHA  

M. le Professeur Efrén ORTIZ :  Présentation du  peintre voyageur allemand Maurice Rugendas, grâce auquel une image des paysages de maints pays d’Amérique latine (Mexique, Brésil, Pérou, Chili, Argentine, Colombie…) est conservée après son passage marqué par le romantisme du début du XIXe siècle.

Efrén Ortiz est l’auteur d’un ouvrage sur Rugendas paru à Bogota et de nombreux autres titres publiés au Mexique. Il enseigne la littérature et la langue à l’université Veracruzana (Mexique). Une deuxième conférence est prévue sur l’oeuvre littéraitre d’Elena Poniatowska.

Contact : Isabelle Tauzin – Université Bordeaux Montaigne

 

 

Cartes et concepts : à propos de l’Orient péruvien

« Entre construction régionale, intégration nationale et marché international »  :  quels sont les sous-entendus de la formulation sur l’histoire de l’Amazonie ?

Concepts et cartes

Quelles sont les thématiques omises de l’agrégation externe par rapport à l’interne? Réactivation du mythe de l’Eldorado  – Perceptions et représentations des indigènes de la Selva. Les thématiques préférées  orientent en direction  de l’histoire économique des groupes dominants.

L’histoire politique des jeunes républiques prévaut (Bolivie, Pérou) sur la géographie physique et humaine de l’Amazonie, des peuples sans frontières.

On essaiera de passer par trois étapes : une histoire focalisée sur le réseau fluvial comme moyens de communication/marchandisation; de l’ouest vers l’est, l’apparition/disparition de villes ; l’omission et invisibilité de l’Histoire des communautés natives.

« Los verdaderos salvajes »: un article de Manuel Gonzalez Prada paru en 1905 dans Los Parias  et qui s’interroge sur qui sont les vrais sauvages.

En français : « Selon que vous serez puissant ou misérable/ Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ». (La Fontaine)

En espagnol : « La ley se acata pero no se cumple » .

 

Contributeurs

Enseignants/Chercheurs/Docteurs
Patrick Allouette (Mexique)
Vera Alvizuri (Bolivie)
Raphaëel Estève (littérature)
Valérie Joubert (Chili)
Maylis Santa Cruz (Espagne/Amérique)
Ronald Soto Quiros (Amérique Centrale)
Isabelle Tauzin-Castellanos (Pérou)

Chercheurs invités 2017
Efrén Ortiz Dominguez (Universidad Veracruzana)
Javier Pérez Siller (Universidad de Puebla)
Doctorants
Jim Anchante (Pérou)
Beñat Cuburu (Pays Basque/Amérique)
Nelson Gasca (Colombie)
Flor Mallqui (Pérou)

Péruviens et Français entre la Rebellion de Tacna et la Grande Guerre : qu’apportent les témoignages bilatéraux ?

Independencia del Peru y Francia
Colloque Independance du Pérou et diplomatie française

Colloque international  accueillie par la Bibliothèque Nationale du Pérou  –  Jeudi 9 novembre à partir de 9h.

Actualidad del evento  en el sitio web de la Biblioteca Nacional

Programme – Programa

Le mouvement de récupération de l’histoire des luttes d’indépendance du Pérou a permis d’analyser récemment l’importance d’ événements définis comme des révoltes et des conspirations. C’est dans cette démarche interprétative que se situe le colloque international organisé dans le cadre du projet IUF « Ecritures migrantes et représentations réciproques France/Amérique latine » porté par Isabelle Tauzin-Castellanos, afin de proposer une mise  en perspective de l’histoire du Pérou et de  l’histoire européenne,  en revenant sur le rôle des héros de l’Indépendance et sur l’invisibilité de nombreux patriotes issus du peuple. La présence de la France dans le Pacifique Sud au XVIIIe siècle et la participation des émissaires napoléoniens seront les premières thématiques développées au cours de la rencontre scientifique.

Devenus commerçants, agriculteurs ou propriétaires de mines, les émigrés français ont soutenu la Confédération Péruano-bolivienne. La défaite du président Santa Cruz a entraîné le retour en France du plus grand nombre. Peu après, les propriétés fertilisantes du guano ayant été attestées par des chimistes anglais, ce fut la naissance d’une activité économique lucrative pour les migrants qui étaient restés. Le Pérou présidée par le général Ramón Castilla redevenait le mythique Eldorado. C’est dans ce contexte qu’Auguste Dreyfus, recruté comme modeste employé, connut une ascension fulgurante grâce au monopole sur les nitrates accordé par le ministre des Finances, Nicolas de Piérola.

Les progrès des moyens de transport parallèlement ont augmenté les déplacements entre l’Europe et l’Amérique. La colonie péruvienne en France et la colonie française au Pérou ont échangé leurs expériences de l’extranéité, en marge de la réalité vécue par l’immense majorité des deux populations, autrement dit l’exploitation indienne et la misère des paysans et mineurs français.

La guerre du Pacifique a été un cataclysme  pour le Pérou. Après 1883, la tâche laborieuse de la reconstruction a coïncidé avec la renaissance de la vie artistique. Le séjour de l’actrice Sarah Bernhardt a signifié la réinsertion  du Pérou dans les circuits internationaux de la culture.

La République Aristocratique — dénomination flatteuse qui révèle une part de subjectivité dans la construction historique — vit le renforcement de la coopération française avec l’arrivée de la Mission Clément requise pour moderniser l’armée péruvienne à l’aube du XXe siècle.

Cependant, les témoignages bilatéraux  des Français sur la société péruvienne et des Péruviens sur la société française s’avèrent des sources de recherche difficilement accessibles du fait des difficultés propres à l’exercice de la traduction dans l’autre langue, et du fait de la dissémination des documents publics ou privés. Malgré ces obstacles, le colloque international d’histoire de la guerre d’indépendance à la guerre européenne permettra de rapprocher deux approches nationales et sera une étape singulière dans la construction de l’histoire du Bicentenaire du Pérou.

Partenariats : Université Bordeaux Montaigne- Institut Universitaire de France – Délégation à la coopération régionale française  Amérique du Sud.  Ambassade de France au Pérou- 

 

 

Itinéraires et étapes en Amérique latine

2015 Histoire des itinéraires et des étapes en Amérique latine XVIe-XXe siècle, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 251 pages.

Sommaire et bon de commande

Du relais de poste à l’hôtel, la topographie des haltes et des étapes a évolué au cours des siècles, avec la modernisation des moyens de transport, l’arrivée du chemin de fer et les progrès de la navigation. Est-il possible de construire l’histoire de ces territoires du quotidien, ces non-lieux à l’opposé de l’apparat du pouvoir politique?

Proposer une géohistoire des havres précaires où le voyageur s’arrêtait quelques heures avant de reprendre son chemin, intéressé par son but et ignorant les noms des villes-étapes, tel est l’objet du présent ouvrage organisé en suivant la chronologie du XVIe au XXe siècle et par aire géographique, de Cuba au Chili, sans oublier le Mexique, le Pérou et l’Argentine.  Sur les traces des premiers colons, des explorateurs naturalistes et des touristes amateurs de trekking, le lecteur découvrira une histoire inattendue de l’aménagement des territoires latino-américains et de la sociabilité avant l’avènement des échanges virtuels.

 

Les générations dans le monde latino-américain

Les générations dans le monde latino-américain, Pessac, MSHA, 2017, 266 p.  Direction d’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos

ISBN : 9782858924660

Les hispanistes associent traditionnellement le concept de génération à l’année 1898, marquée par l’indépendance de Cuba au terme de décennies de conflit. L’année 1927 s’impose aussi du fait de l’émergence d’une avant-garde revendiquant la libération de l’art. Le succès du concept de génération s’explique tout au long du xxe  siècle par sa fonction méthodologique. C’est un outil qui facilite la description et la compréhension de la réalité en favorisant les approches chronologiques. Appliqué à de multiples groupes sociaux ou culturels, il permet de rassembler les individualités autour de passions et de préoccupations communes, et contribue à l’explication a posteriori de situations complexes.

  Los hispanistas suelen relacionar el concepto de generación con el año 1898, cuando Cuba consiguió ser independiente después de años  de guerra. Luego, el año 1927 se impuso por la celebración del cuarto centenario de la muerte de Góngora reivindicado por la vanguardia que pretendía liberar el arte de la realidad. El éxito del concepto de generación se explica a lo largo del siglo XX por el papel metodológico que se le ha atribuido. Es una herramienta que facilita la descripción e inclusión del contexto apoyándose en la cronología. También se aplica a los grupos sociales y culturales para reunir a aquellos que comparten aficiones o inquietudes en un momento crítico, lo cual ha de permitir explicar situaciones complejas de forma predictiva.

 

 

études décoloniales et transferts culturels