Tschudi: un récit de voyage sur le Pérou de la fin des années 1830 traduit en français

Le témoignage de Johann Jacob von Tschudi est enfin accessible en français grâce à l’édition de 2020,  avec une longue présentation et traduction de l’allemand  de Marc Delpech, Il s’agit d’un récit de voyage exceptionnel  sur le Pérou.

Tschudi est né en Suisse, en 1818. Poussé par sa vocation scientifique, il embarque à vingt ans du port du Havre pour le Pérou . Le passage du Cap Horn s’éternise: vingt deux jours de tempête. Il arrive à Lima alors que la ville vient d’être prise par les soldats chiliens, en août 1838, coalisés avec les hommes du général Agustin Gamarra, contre la confédération péruviano-bolivienne mise en place par le général Santa Cruz.

Tschudi est toléré à Lima du fait de ses compétences médicales. En mars 1839, il entreprend la traversée de la cordillère des Andes  puis rejoint le versant oriental, le piémont amazonien. De retour dans la capitale du Pérou, il expédie ses collections et repart pour la Sierra et la Montaña  afin de dresser des cartes et d’écrire sur la faune, la flore et les richesses minéralogiques. De retour à Lima en 1842, après avoir été gravement malade, il arrive à Bordeaux à bord de l’Alfred, le 1er janvier 1843.

Le récit de voyage de JJ V. Tschudi paraît en allemand en 1846.  Selon Marc Delpech, en Angleterre, l’ouvrage de Tschudi est alors “considéré comme le meilleur depuis celui de Darwin”.  Tschudi collabore en outre avec Mariano Rivero au projet du volume d’Antiquités péruviennes  que le peintre Maurice Rugendas doit illustrer.

Tschudi entreprend un second voyage en Amérique du sud en 1858, il passe cette fois par la pampa argentine, franchit les Andes et arrive à Valparaiso en 1857, puis en 1858 à Lima après être monté jusqu’à La Paz.  La capitale du Pérou n’est plus la même vingt ans après son premier séjour.

Si elle s’est européanisée, les collections muséologiques réunies à partir de l’Indépendance, ont été pillées. Le voyage de retour s’achève en 1859. Deux ans plus tard, Tschudi repart pour le Brésil et obtient la signature d’un traité favorable à l’émigration européenne. Il continue d’écrire  y compris ses réflexions linguistiques sur le quechua. Il meurt en 1879, représentant des “deux grands courants intellectuels qui ont marqué le XIXe siècle européen : le rationalisme et le romantisme”.

Les “esquisses” de Tschudi, ainsi que le voyageur suisse a baptisé son témoignage, sont extrêmement précieuses. On en retiendra ici seulement un exemple parmi des dizaines de situations concrètes concernant le Pérou de ces années de “caudillismo” comme une autre version après les pérégrinations d’une paria de Flora Tristan.

Tschudi écrit : “Dans les journaux, dans les billets imprimés ou manuscrits qui étaient collés aux maisons ou lancés dans la rue, parut l’appel contre les étrangers: Les étrangers viennent dans votre pays, vous prennent votre travail, votre commerce, vos richesses et vos femmes. Ils sont les ennemis de votre liberté et veulent faire appel à Santa Cruz. Libérez votre pays de ces infâmes et refaites une nuit de la Saint-Barthélémy au Pérou ou bien des Vêpres“. ( p. 103).

Esquisses d’un voyage au Pérou (1838-1842), tome 1. La côte du Chili et du Pérou. Lima. Besançon, Lanterne Magique, 2020. ISBN: 978-2-916180-26-7


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.