Retour à la mère-patrie, représentations de l’Espagne depuis l’Amérique de langue espagnole

Séminaire de Recherches Américanistes EA3656 Ameriber

Flor de Maria Mallqui Bravo (doctorante Université Bordeaux Montaigne Pontificia Universidad Católica del Perú, enseignante de littérature de la PUCP)

Vendredi 26 février 2021 :  Retour à la mère-patrie, représentations de l’Espagne depuis l’Amérique de langue espagnole.

“Retorno a la madre patria. Representaciones de España desde Hispanoamérica” est une recherche de Flor Mallqui Bravo à partir d’auteurs latino-américains qui ont voyagé en Europe au cours du XIXe siècle. Les exemples retenus sont tirés des écrits de José María Samper, Domingo F. Sarmiento, Juan Bustamante, Juan de Arona, Ricardo Palma, Manuel Gonzalez Prada, Clorinda Matto de Turner et Rubén Darío. L’auteur le moins connu au plan international est Juan Bustamante, métis de Puno, qui connut un destin tragique à l’occasion d’un soulèvement populaire. Bustamante avait réalisé deux voyages en Europe, dont l’un au moment de la Révolution de 1848, et publié le récit de ses voyages. Sarmiento, auteur de Viajes por Europa, África y América (en plus de son Facundo. Civilización y barbarie) dès 1849, interprète la situation espagnole comme décadente.  Le Moyen-Orient est alors une destination pour les voyageurs hispano-américains, comme Pedro Paz Soldán (Juan de Arona) après Juan Bustamante qui a exploré aussi les bas-fonds parisiens, et témoigné des inégalités dans le vieux monde, en constatant que ce continent ne peut prétendre donner des leçons aux jeunes républiques.

Palma et Matto arrivent en Europe beaucoup plus tard, en 1892 et en 1908 respectivement, comme représentants du gouvernement péruvien pour l’un et du gouvernement argentin pour l’autre. Tous deux rapportent le sentiment d’une Espagne archaïque –celle-là même que décrivait Manuel Gonzalez Prada- en même temps qu’ils désacralisent Paris, tout comme Rubén Darío qui, selon les mots de Flor Mallqui Bravo, dénonce l’impérialisme culturel français, en même temps qu’il serait nécessaire de soutenir la péninsule pour inverser la situation désastreuse de la péninsule ibérique  après 1898.



Citer ce billet
americanistes (2021, 27 février). Retour à la mère-patrie, représentations de l’Espagne depuis l’Amérique de langue espagnole. Amérique andine, Amérique latine : écritures migrantes. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b15e

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.