Manuel Gonzalez Prada de retour au Pérou: Les partis et l’Union Nationale, relecture du discours de 1898

Illustration parue dans La Caricatura 1893
La prensa satirica peruana, art. Isabelle Tauzin, 2009.

Le contenu de l’article ci-dessous a été présenté en 2005  à l’occasion du 1er congrès du GIS Amérique latine.  Il est rendu accessible ici, sans les notes de bas de page consultables par le lien GIS, dans la perspective de l’agrégation externe d’espagnol par son auteure, Isabelle Tauzin,  car il traite du célèbre discours de Matavilela préparé par Manuel Gonzalez Prada à son retour d’Europe en 1898, après 7 année loin du Pérou: c’est un bilan de la situation politique que dresse l’auteur dans ces pages qu’il reproduira dans le second livre d’essais: Horas de lucha (1908).

***

En 1898, après sept années passées en France et en Espagne, Gonzalez Prada retourne à Lima avec sa femme et son jeune fils. Il est invité par ses amis à présenter une conférence qui marque le renouvellement de son engagement et suscite une commotion dans la vie politique locale. Il s’agit du discours intitulé “Los partidos y la Unión Nacional” repris au début de Horas de Lucha, ce qui prouve l’importance que lui attribuait le penseur, dix ans encore après l’événement.

1.       Les circonstances du retour au Pérou

En mai 1891, la génération issue de la Résistance, unie dans une volonté de changement et de revanche après les années d’occupation chilienne, se rassemble dans un parti politique, l’Union Nationale, un nom qui est déjà un programme, à la fois union contre l’agresseur du Sud et union de l’intérieur, des forces vives du Pérou, pour construire un pays moderne.

Manuel Gonzalez Prada a accepté la présidence de l’Union Nationale mais n’a pas exercé son autorité sur le parti car il est allé éditer en France ses écrits, découvrir l’Europe et étudier les nouveaux mouvements politiques et poétiques. Adriana de Verneuil, épouse de Manuel Gonzalez Prada, a raconté dans ses mémoires les circonstances du retour à Lima instamment réclamé par les amis et attendu des lecteurs de La Integridad et La Luz Eléctrica qui a publié sous forme de feuilletons les essais les plus incisifs de Pájinas Libres.

Les Prada embarquent le 28 mars 1898 sur les rives de la Gironde pour un voyage qui les mène successivement à la Martinique, puis à La Guaira, à Colón et Panama avant de débarquer au port du Callao le 2 mai, jour anniversaire de la victoire sur l’armada espagnole (1866).

C’est justement dans un contexte guerrier que le voyage a été entrepris, après l’explosion du croiseur Maine et l’intervention nord-américaine à Cuba. A la Martinique, Prada a rendu visite au roi du Dahomey, déchu et retenu prisonnier. Après avoir observé le chantier du canal de Panama, les voyageurs embarquent pour Lima entouré d’un “bataillon mystique” (l’image est empruntée à Adriana de Gonzalez Prada) de religieux espagnols, vétérans franciscains et jeunes recrues entrées dans les ordres pour éviter les champs de bataille et les insalubres pontons cubains. Cette cohabitation forcée et les tentatives de catéchiser le jeune Alfredo Gonzalez Prada âgé de six ans embarrassent l’écrivain qui se rapproche des libres penseurs dès son arrivée et n’aura de cesse de censurer l’ “invasion cléricale”.

Répondant aux sollicitations des membres de l’Union Nationale, Prada accepte de préparer un discours marquant son retour sur la scène publique. La conférence est retardée à cause d’ennuis de santé et peut-être aussi du fait des rivalités au sein du parti; elle est finalement lue par son auteur le dimanche 21 août 1898 dans le local officiel du parti situé dans la rue Matavilela, à proximité du palais présidentiel.

2.       La conférence de Matavilela

Il s’agit d’un texte très long, d’une vingtaine de pages, organisé en quatre parties équilibrées, précédées d’un exorde et culminant par une péroraison selon les règles anciennes de l’art de l’éloquence.

La première partie annoncée dans l’introduction s’avère un réquisitoire contre les partis politiques et leurs leaders. Ces derniers sont d’abord l’objet d’une allusion avant d’être nommés personnellement.

Manuel Pardo, qui fut élu à la Présidence de la République en 1872 et mourut assassiné en 1878, est mis en cause pour sa politique étrangère fondée sur des alliances de paix, au lieu d’acheter des navires de guerre en réponse aux investissements militaires chiliens. Avec justesse, Prada attribue la banqueroute du Pérou au surendettement des prédécesseurs de Pardo, les présidents Castilla et Echenique,  ainsi qu’à Nicolas de Piérola, qui accède par les armes à la présidence en 1895 et fut l’artisan d’un contrat désastreux en 1869. Les bonnes intentions de Pardo, premier chef d’Etat civil après un demi-siècle de gouvernements militaires, n’ont pu aboutir du fait des intérêts économiques contradictoires de ses disciples; l’individualisme des grands propriétaires et des commerçants l’a emporté sur le bien-être général. Conséquence de la guerre du Pacifique et de la militarisation de la société, le parti civiliste a perdu de son prestige et s’est fragmenté dans d’éphémères coalitions. Si Manuel Pardo apparaît comme une victime sous la plume de Gonzalez Prada, en revanche, le civilisme n’échappe pas à la critique et est présenté comme une maladie contagieuse inoculée par la ruse ou l’argent.

Un autre groupe, l’Union Civique, est né officieusement à l’occasion de la discussion parlementaire sur le contrat Grace et a permis la signature de l’emprunt combattu par Gonzalez Prada. Ces politiciens se sont ensuite divisés entre les deux groupes antagonistes, les constitutionnalistes du général Caceres et les démocrates de Piérola. Cependant, la naissance officielle de l’Union Civique n’est effective qu’en novembre 1892 et, selon Carmen Mac Evoy auteur de La utopía republicana, l’opposition à l’autoritarisme militaire est restée l’élément unificateur du groupe qui renouait ainsi avec le discours antimilitariste à l’origine du parti civiliste.

Contre un pouvoir militaire qui menace de se perpétuer, les ennemis d’hier, la bourgeoisie civiliste et les démocrates qui prônent la méritocratie, font alliance. Pour Prada, en dépit du brigandage, de la torture et des jugements sommaires, le général Caceres reste le héros de la Résistance contre l’envahisseur chilien. Le chef militaire est en exil après la prise de Lima en 1895 qui s’est achevée dans un bain de sang; Piérola, qui préside désormais aux destinées du Pérou, mérite en revanche un mépris absolu: “Uno representa la ignorancia o el cofre medio vacío, el otro la mala instrucción o el canasto lleno de cachivaches y vejeces. […] A Cáceres se le pega un tiro, a Piérola se le lanza un silbido” (p. 23).

Le réquisitoire pradien s’achève sur une formule implacable qui réunit les deux camps dans l’incompétence: “Pierolismo y Cacerismo patentizan una sola cosa: la miseria intelectual y moral del Perú”. (23)

La deuxième partie du discours établit un lien fort avec les lignes qui précèdent et annonce la conclusion, c’est-à-dire l’espoir d’un changement fondé sur un soulèvement de la population indigène: “Sí, miseria que será incurable y eterna si la mayoría sana y expoliada no realiza un heroico esfuerzo para extirpar a la minoría enferma y expoliadora”. (24)

L’analyse de Gonzalez Prada est pertinente; la violence populaire qui s’est manifestée en 1895 et pouvait ruiner les possédants, a conduit ceux-ci à se réconcilier avec les militaristes, posant les fondements du régime que Jorge Basadre a appelé “la république aristocratique” correspondant à la période 1895-1919.

Sous la présidence de Piérola, le Pérou sort de la crise économique dans laquelle il était plongé depuis le début des années 1870; mais la prospérité financière et le dynamisme des exportations ne profitent qu’à une minorité, tandis que le droit de vote est restreint par les démocrates eux-mêmes aux hommes sachant lire et écrire; la centralisation, elle, se trouve renforcée aux dépens des assemblées départementales.

Gonzalez Prada appelle de ses vœux une révolution populaire qui renverse l’ordre établi. Le mot “indiens” apparaît pour la première fois dans cette diatribe: “Todos los infelices indios que derramaron su sangre en las calles de Lima, no fueron ciudadanos movidos por una idea de justicia y mejoramiento social, sino seres medio inconscientes, cogidos a lazo en las punas, empujados con la punta de la bayoneta y lanzados los unos contra los otros, como se lanza una fiera contra una fiera, una locomotora sobre una locomotora”. (24)

La guerre civile est décrite, l’enrôlement de force, la violence des chefs de guerre, l’orgie des vainqueurs. Des images chocs frappent les auditeurs avec une singulière efficacité: “Vedles inmediatamente después del triunfo, cuando no se han secado todavía los charcos de sangre ni se han desvanecido los miasmas del cadáver en putrefacción: la primera faena de los héroes victoriosos se reduce a caer sobre los destinos de la Nación desangrada y empobrecida como los buitres se lanzan sobre la carne de la res desbarrancada y moribunda”. (25)

Vient l’évocation de la présidence de Piérola, nommé plus de vingt fois et bête noire de Prada. Ce retour au sommet de l’Etat de l’homme qu’il considère comme responsable de la Défaite, est assimilé au cannibalisme et à la loi de la jungle. Piérola qui se targue d’être “immaculé”, est accusé de faire main basse sur les biens publics. Le “restaurateur” présumé s’oppose à la liberté d’expression, le “régénérateur” favorise les cléricaux, le “fédéraliste” accentue le centralisme, le “démocrate” réprime les manifestations. Au fond, la coalition au pouvoir, réunissant démocrates incultes et civilistes grands bourgeois, est contre nature.

En dépit de l’éloignement dans lequel il a vécu, l’auteur de Pájinas Libres s’est maintenu au courant d’une actualité dont il pointe toutes les failles. Des faits très précis sont mentionnés: les persécutions subies par des missionnaires protestants au Cuzco (1895-1896), le mouvement séparatiste d’Iquitos (1896), les grèves ouvrières (1896), l’impossible construction de la route du Pichis (1896-1897), la répression dans le sang des rébellions indigènes d’Ilave et de Huanta (1896-1897).

Sous la plume de Prada, apparaît l’expression “classe ouvrière”, une formulation nouvelle qui est sans doute le résultat des lectures effectuées pendant le séjour en France, mais Marx n’est jamais cité à la différence des penseurs anarchistes (Bakounine, Kropotkine, Grave, Reclus…). Prada condamne de façon explicite un groupe social: les artisans de Lima (“toda la ignorancia de lo bajo y toda la depravación de lo alto […] con la astucia de Bertoldo emulsionada con la bellaquería de Sancho”, 29), accusés de jouer le rôle de “laquais” au service d’un pouvoir corrupteur et corrompu. Ces critiques acerbes ne seront pas sans conséquence sur la réception de la conférence, comme on le verra plus loin.

A l’écart de toutes les manipulations et des trafics d’influences végète la masse indienne, “champ en jachère qui attend le labour et le bon grain” (28). Pour la première fois, Prada contredit les savants contemporains, les anthropologues comme Le Bon qui théorisent une hiérarchie des races et justifient, par la soi-disant dégénérescence métisse, le néocolonialisme. La civilisation péruvienne ne peut pas être décadente puisqu’elle n’a pas atteint son apogée: ” Aquí tenemos por base nacional una masa de indios ignorantes, de casi primitivos que hasta hoy recibieron por únicos elementos de cultura las revoluciones, el alcohol y el fanatismo. Al pensarles en decadencia, se confunde la niñez con la caducidad, tomando por viejo paralítico al muchacho que todavía no aprendió el uso de sus miembros”. (29)

Si dégénérescence il y a, les descendants de la noblesse espagnole en sont les victimes, du fait de leur difformité physique et non pas la population autochtone d’où sont issus “tous les hommes possédant quelque valeur intellectuelle”. La nature n’a pas produit des “races inférieures”: “on doit constater que depuis les premiers temps de la Conquête, ce sont les blancs qui ont fait de l’Indien une race sociologique” (29). “Les classes dominantes” ont agi de façon immorale; le changement ne peut être attendu que du peuple doué d’une extrême capacité de résistance et d’adaptation dans un environnement hostile. Une formule empruntée à la paléontologie clôt la deuxième partie: “Nos parecemos a los terrenos que surgen del Océano y llevan en las capas superiores los detritus de la vida submarina. El Perú es montaña coronada por un cementerio”. (29)

Suivant le plan annoncé dans l’exorde, la partie suivante est consacrée à une longue réflexion sur l’Union Nationale. Alors que s’ouvre la campagne présidentielle pour les élections de 1899, Prada insiste sur le refus de toute alliance et la nécessité absolue pour les dirigeants du parti d’avoir une conduite exemplaire en dénonçant les manoeuvres du pouvoir. La prise de décision au sein de l’Union Nationale doit être collective, en aucun cas individuelle, afin d’éviter un parti personnaliste qui risquerait de disparaître si la personnalité au sommet venait à s’éloigner. Le pragmatisme est rejeté car les solutions des politiciens “éminemment pratiques” ne débouchent que sur des résultats précaires, comme c’est le cas dans le domaine de la diplomatie péruvienne, impuissante vis-à-vis des intrigues d’un voisin belliciste.

L’accusation d’utopistes et de rêveurs est un mauvais procès intenté aux membres du parti pour obtenir leur ralliement et faire d’eux des transfuges. L’Union Nationale se distingue aussi des autres partis existants par son opposition au centralisme et par la constitution de nombreux comités locaux susceptibles de relayer et même de remplacer la direction basée à Lima. Désabusé à l’égard du monde politique, témoin des errements du pouvoir en Europe comme au Pérou, Gonzalez Prada privilégie les solutions sociales et stigmatise les promesses électorales sans lendemain. Le seul but à poursuivre est “une liquidation sociale juste et complète” (36) qui résoudra la division du monde en deux camps: les nantis et les pauvres, les exploiteurs et les exploités (36). Le nihilisme des écrits des années 1888-1889  est dépassé par l’adhésion à la pensée anarchiste, hostile à toute entremise politique et convaincue de la nécessité impérative de la révolution sociale pour renverser l’ordre ancien.

La dernière partie du discours de Gonzalez Prada fait le point sur les prochaines élections; l’intérêt du parti n’est pas de présenter un candidat au sommet de l’exécutif car ce serait risquer un affaiblissement face à la corruption ambiante et être menacé de subir des attaques tous azimuts. Dans un contexte de tension internationale, les membres de l’Union Nationale doivent prôner le réarmement et la défiance à l’égard du Chili comme des autres Etats voisins. Aucun compromis n’est acceptable après l’expérience du passé. La duplicité des autorités boliviennes au moment de la guerre du Pacifique, l’instabilité et le cosmopolitisme des Argentins rendent les relations internationales incertaines. Le pacifisme est exclu. Un seul mot d’ordre est acceptable pour l’Union Nationale, tant sur le plan intérieur qu’extérieur: “Escuchemos el clamor, y para sublevarnos contra la injusticia y obtener reparación, hagámonos fuertes […] la nación que no lleva el hierro en las manos, concluye por arrastrarle en los pies”. (43)

Le sentiment patriotique est à nouveau exalté, comme aux premiers jours de l’engagement politique pradien, et l’implication dans la campagne présidentielle réfutée. La conférence s’achève sur l’image d’un pays couvert de chaînes, une vision d’horreur qui ne peut que susciter le rejet des auditeurs et l’adhésion éperdue au discours de la Revanche. La valorisation de la guerre n’est pas en contradiction avec l’internationalisme libertaire. La nation en armes, insurgée est préférable au souvenir honteux de l’Occupation.

3.       La réception du discours de Matavilela

Le témoignage d’Adriana de Gonzalez Prada rend compte du succès rencontré par de telles paroles. Le fondateur de l’Union Nationale fut raccompagné en triomphe jusqu’à son domicile. Un deuxième discours fut programmé pour la semaine suivante, le 28 août 1898, dans un lieu public, le théâtre Politeama, et non plus dans un espace privé comme le local du parti. Cette seconde conférence inscrite dans le cadre des activités de la Ligue des Libres Penseurs fut annoncée dans les pages du Comercio (24 août 1898) et de La Integridad (n° 475, 28 août). Une grande tension succéda au calme du début du mois et le bruit courut que la vie du penseur était en danger: “Una tarde se presentó don Marcial Elguero [sic], con solicitud inexplicable de parte de quienes lo mandaban, avisando que esa misma noche vendría una poblada a atacar [a Prada] en su propia casa. Manuel no se quiso mover, a pesar de los ruegos de Gamarra y otros amigos que también supieron el próximo alevoso ataque.

La mobilisation spontanée des étudiants éloigne la menace nocturne. L’écrivain est ensuite défié en duel par un groupe d’artisans exigeant de “laver dans le sang l’offense faite à toute leur corporation” (ibid, 314). L’affrontement est évité, mais le danger persiste. On ne peut qu’être surpris par la violence qui imprègne toute la société y compris les plus hautes sphères. Les informations sur de telles menaces sont lacunaires et parfois la chronologie présente des contradictions. Luis Alberto Sánchez a expliqué l’intervention d’ Helguero citée ci-dessus, comme une initiative du directeur du Comercio, partisan du discours patriotique de Prada à l’encontre du Chili. Ce soutien n’apparaît pas dans le récit autobiographique d’Adriana de Gonzalez Prada. En revanche, le 29 août, le quotidien conservateur publie une note concernant la deuxième conférence de Prada interdite à la dernière minute. Du fait de l’inquiétude suscitée par une telle manifestation dans un lieu historique comme le théâtre Politeama, le souvenir du discours de juillet 1888 étant encore dans toutes les mémoires, un déploiement de policiers impressionnant est décidé par les autorités: “…se habían situado en las bocacalles de los Pobres, Gallinacitos y Sauce, unos cincuenta inspectores de policía, a órdenes del señor Arróspide, quien manifestó al doctor Christiam Dam, uno de los principales promotores de la conferencia, que se había resuelto impedir que ésta se realizara.

L’interdiction s’explique sans doute par la publication du discours de Matavilela quelques jours après la réunion des membres de l’Union Nationale. Le 2 septembre El Comercio rapporte les débats au Sénat; le pouvoir exécutif a justifié la censure comme une mesure préventive devant le risque de troubles. Le journal reproduit une lettre hostile à Prada du dénommé Rosendo Vidaurre qui l’a provoqué en duel; il publie aussi une lettre du président de la Ligue des Libres Penseurs regrettant l’annulation de la conférence, puis le 4 septembre un message de soutien des étudiants à Gonzalez Prada.

La Integridad qui joue le rôle d’organe officieux de l’Union Nationale rend compte dans son numéro du 3 septembre de l’appui universitaire: “A medida que la sala, el escritorio y habitaciones adyacentes fueron invadidas por jóvenes que de dos, de tres, de cuatro iban llegando a la agrupación imponente, hubimos de dejar nombres para dedicarnos a la apreciación de aquella manifestación singular, que desde Pardo acá, no habíamos vuelto a admirar.

Prada fait paraître ce même jour la réponse qu’il a adressée le 1er septembre aux témoins de son adversaire, l’aristocrate Pedro de Osma et le président de la Société des Artisans. Les positions de ces deux personnages mettent en évidence la dimension publique de la polémique. La collusion de la presse quotidienne se devine entre les lignes; le combat politique mené à l’encontre de Prada est ordonné en haut lieu et la censure exercée à l’occasion de la réunion des défenseurs de la libre pensée a valeur de symbole.

Cependant, Gonzalez Prada n’est pas seul ni isolé; d’autres articles sont édités dans La Integridad au cours des mois d’octobre et de novembre 1898, ainsi que des listes de signatures et des hommages venus des quatres coins du Pérou. Le succès de son engagement est mis en évidence par la réédition de la conférence, notamment en un lieu aussi éloigné de

 

Lima que l’est Puno. La Bibliothèque Nationale conserve dans ses fonds un exemplaire de cette édition de l’altiplano corrigée de la main de l’écrivain en prévision d’une autre publication; ce sera celle de 1908, le discours de Matavilela inaugurant ainsi les heures de lutte du XXe siècle.

Le programme de l’Union Nationale, qui était paru en 1891 au moment de la fondation du parti  est réédité en septembre 1898 dans La Integridad. La décentralisation est prônée dans le premier alinéa; l’immunité des parlementaires et du président de la république se trouve contestée dans le deuxième article. Le droit de vote des étrangers et la représentation des minorité sont préconisés. L’immigration doit être favorisée en excluant cependant celle en provenance de l’Asie. L’Union Nationale défend aussi une réforme du système d’imposition, privilégiant l’impôt direct; elle prévoit l’amélioration de la condition ouvrière et des expropriations au profit des communautés indigènes dépossédées. Les libertés de conscience, de presse, de vote, de réunion et d’association seront protégées. Enfin, la carrière militaire sera revalorisée et la nation saura se défendre en servant dans la Garde Nationale. Il s’agit donc d’un programme généreux et modernisateur qui met en cause ouvertement le système politique en place. Le principe du plus grand bonheur pour le plus grand nombre sous-tend ces idées. Le droit aux libertés publiques sans restriction coïncide avec l’idéal des radicaux européens, mais aussi avec l’utopie anarchiste. A la différence des idéologues français et espagnols, l’Union Nationale ne fait pas de la religion son cheval de bataille; le programme des Péruviens est éminemment social.

Un journal contestataire est créé peu après, en novembre 1898, pour conforter l’opposition au gouvernement de Piérola; c’est El Independiente, qui disparaîtra dès janvier 1899, des créanciers empressés menaçant de saisir le matériel d’imprimerie. Une autre revue prend le relais, Germinal, à la vie aussi éphémère (deux mois et 8 numéros). Comme dans El Independiente, dans Germinal, qui se déclare l’organe officiel de l’Union Nationale, aucun article n’est signé. Cependant, la plupart des écrits seront ensuite retrouvés par Alfredo Gonzalez Prada dans les cahiers de coupures de presse de son père; ces textes très engagés seront réunis sous le titre de Propaganda y ataque en 1939. D’autres resteront dactylographiés et oubliés dans les archives de la Bibliothèque Nationale jusqu’en 2001; c’est notamment le cas de trois saynètes intitulées “Cita oportuna”, “Otra cita oportuna” et “Entre compadres”.

L’auteur de Pájinas Libres, qui était parti immédiatement après la fondation du parti en 1891, se consacre à présent au militantisme, à la lutte quotidienne contre le pouvoir en place, dénonçant les abus de toute sorte, la corruption régnante, la répression sournoise et l’incompétence aussi bien du candidat officiel à la succession de Piérola, Eduardo L. de Romaña, que le double jeu et la lâcheté de Guillermo Billinghurst, démocrate passé dans l’opposition. Le président en exercice est l’objet d’une satire burlesque intitulée “Perinola” plusieurs fois rééditée.

Quoique Prada ait refusé de se présenter aux élections présidentielles, son nom va recueillir plusieurs centaines de voix; Romaña est élu, l’Union Nationale se divise entre les tenants d’une alliance avec le chef des libéraux, Augusto Durand, ancien allié de Piérola, et les partisans d’une ligne indépendante. Prada refuse tout compromis et prend ses distances à l’égard de l’Union Nationale, un an après son retour au Pérou, en septembre 1899. C’est ce qu’il explique dans une lettre publique en 1902: “Mi alejamiento […] tuvo una sola causa: mi oposición en setiembre de 1899 a que el Partido se aliara con los revolucionarios. […] ¿Qué prometieron los revolucionarios del 99? ¿Hubo razones o garantías suficientes para que la Unión Nacional creyera en el advenimiento de una era venturosa? Para concebir semejante ilusión, habría sido necesario no conocer a nuestros hombres ni recordar hechos abominables y recientes”.

Cette lettre fut placée six ans plus tard, à la fin de Horas de Lucha. Elle constitue  ainsi une sorte d’épilogue, clôturant le volume d’essais consacré à la vie politique des années 1898-1908, apogée de l’engagement pradien et aussi annonce du retrait de la vie publique qui sera effectif en 1909, lorsque le penseur sera âgé de soixante-cinq ans. Dorénavant, l’idéologue laissera la place au poète révéré par la nouvelle génération, celle des avant- gardistes José María Eguren et César Vallejo.

***

Finalement, l’évocation du parcours politique de Manuel Gonzalez Prada démontre la violence de la vie publique au tournant du XXe siècle. Ce n’est pas la propagande par le fait ni l’attentat anarchiste qui fragilisent la République du Pérou, comme c’est le cas de l’Europe à la fin du XIXe siècle. La violence s’exerce depuis le sommet de l’Etat vers les individus. Les démocrates au pouvoir favorisent les intérêts économiques de la classe dominante. Les transfuges qui s’affublent de l’étiquette libérale ne peuvent inspirer confiance à Gonzalez Prada, témoin des conflits entre civilistes et démocrates avant 1879 et de leur réconciliation opportune sur les cendres du militarisme.

Le discours lu au retour de France en août 1898 non seulement propose une admirable synthèse de l’histoire récente du Pérou, mais aussi valorise la capacité de résistance de la population indienne, malgré l’avis des théoriciens d’une hiérarchie des races; cette vision sociale précède d’un quart de siècle l’essor du mouvement indigéniste. Construire un autre Pérou est l’idéal de l’écrivain qui, fidèle à lui-même, refuse toute compromission et choisit de se maintenir en marge de l’agitation électorale, restant finalement, tel un arbitre, au-dessus de la mêlée.

 

 

 

 

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
americanistes (26 octobre 2022). Manuel Gonzalez Prada de retour au Pérou: Les partis et l’Union Nationale, relecture du discours de 1898. Amérique andine, Amérique latine : écritures migrantes. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b15y


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.